1-800-363-1222 Demandez une proposition

1-800-363-1222 Demandez une proposition

Actualités

On the road again!

Portrait d'un chauffeur d'autocar

Lors de l’entrevue, Rémy Fournier était en pause dîner à Philadelphie. Bientôt, il roulera vers la côte est américaine. Ce sympathique chauffeur originaire de l’Abitibi en a vu des lignes blanches, selon son propre aveu. Faisons un bout de chemin avec lui.

 

SON PARCOURS

J’ai commencé ma vie professionnelle comme militaire en 1979. J’étais alors chauffeur dans l’armée. En 1986, j’ai quitté l’armée pour devenir camionneur. J’ai fait ça longtemps... jusqu’en 2012. Puis j’en ai eu mon truck de chauffer des camions, haha! Sérieusement, conduire des camions, c’est beaucoup de solitude. Alors je suis allé vers le transport nolisé, ce que je fais depuis 6 ans — dont 5 ans avec Autobus Fleur de Lys. C’est autant d’heures dans une journée et plusieurs kilomètres, mais au moins je ne parle plus seulement à ma glacière !


CE QU’IL PRÉFÈRE DE SON MÉTIER

J’aime plusieurs aspects de ce métier-là. J’aime voir du monde et voir le monde, visiter des belles villes, conduire sur des trajets intéressants. Mais je crois que ce que je préfère, c’est le prestige : j’aime ça bien paraître ! Je veux que mon autobus soit propre. Et moi-même, je change de cravate tous les jours !


DANS SES BAGAGES, IL Y A...

Mes cravates ! On me surnomme M. Cravate ! J’ai une collection de 76 cravates que je choisis selon la ville où je vais. Aujourd’hui, je suis à Philadelphie, je porte une cravate avec la cloche de la Liberté, et ça tombe bien, c’est ma préférée ! Je peux rester sur la route pendant un mois sans avoir à revenir, alors j’apporte toujours au moins 40 cravates. Sinon, les incontournables : mon GPS et ma bonne humeur.

 

SA DESTINATION PRÉFÉRÉE

Certains vont dire que je suis fou, mais j’adore New York. Ça bouge, il y a une effervescence toute spéciale. Mais ce n’est pas tout le monde qui aime ça, il faut rester calme et vigilant et regarder dans ses miroirs ! J’ai aussi un coup de cœur pour Memphis. J’ai même une plaque d’Elvis sur mon autobus !

 

LES LOGBOOKS ÉLECTRONIQUES, C’EST QUOI ?

Le log, c’est une façon d’encadrer les pratiques et de mettre un frein à l’abus. C’est sécurisant et ça protège tout le monde. En gros, la règle au Canada, c’est 13 heures de conduite pour 16 heures de travail. Et aux États-Unis, c’est 10 heures de conduite pour 15 heures de travail. Et on doit avoir 8 heures de repos consécutives obligatoires avant de recommencer. Au fond, c’est une question de sécurité, et ça permet que le travail reste humain.


SES TRUCS DU MÉTIER

J’aime ma routine. Le matin, je fais le ménage de mon autobus puis je me mets à la porte quand les passagers embarquent. On se dit bonjour, le voyage peut commencer. J’adore mon métier!


UN SECRET

Quand je veux décrocher, je vais passer deux semaines en Abitibi dans une cabane à pêche. Sans klaxon! La paix.


SA MUSIQUE POUR ROULER

Quand je roule de nuit et que tout le monde dort, j’écoute du country américain, c’est parfait!

M. Fournier devant son autocar
City Hall (Philadelphie)
Flatiron Building (New York)

01 M. Fournier devant son autocar

02 City Hall (Philadelphie)

03 Flatiron Building (New York)

 

 

 

 

 

 

 

City Hall (Philadelphie)
Flatiron Building (New York)
M. Fournier devant son autocar